mardi 27 mars 2012

Une semaine en Bulgarie autour du vin*

Je suis de retour de Bulgarie où j’ai passé une semaine (ou c’était peut-être un mois ?) extrêmement riche et épuisante.
La dernière tempête de neige de la saison 
  
J’ai partagé mon séjour entre Sofia, la capitale, et Plovdiv, la deuxième plus grande ville de Bulgarie où s’est tenu le plus important salon du vin* en Europe du Sud-Est, Vinaria. J’ai accompagné sur le salon deux producteurs de vin* français, l’un de Chateauneuf-du-Pape et l’autre du Roussillon. Par ailleurs, leurs vins* ont eu une énorme réussite, étant donné qu’ils ont attiré toute l’attention des visiteurs, y compris des médias locaux : non seulement ces vins* étaient excellentes, mais leurs producteurs étaient aussi les seuls Français ayant franchis le pas pour venir les présenter sur le salon.
J’en ai aussi profité pour faire un petit tour sur le salon et faire connaissance avec la production bulgare. En effet, la Bulgarie a une très longue tradition dans la production du vin* de qualité … bien que cette dernière ait été tirée vers le bas pendant la période où le pays a été transformé en fournisseur de vin* attitré pour l’énorme marché soviétique. Cette époque est maintenant révolue : sur le salon, on peut observer avec étonnement l’énorme essor de l’industrie vinicole et la volonté des producteurs locaux de se démarquer par la qualité et l’originalité. J’ai ainsi dégusté quelques très bons vins* issus de cépages autochtones comme le gumza et le mavrud, un peu capricieux, mais à fort potentiel. J’ai également goûté un très intéressant rosé issu de rubin, une variété très caractéristique pour le pays qui a été créée ici dans les années 80 par croisement entre les cépages Syrah et Nebiolo. 

Souvent, les étiquettes font référence à l'histoire glorieuse du pays et à la civilisation des Thraces, anciens habitants du territoire bulgare qui produisaient - et buvaient - déjà du vin.
L’eau-de-vie* bulgare, la rakia, a été aussi à l’honneur sur les stands. 

Une version rigolote de la rakia, agrémentée d’un aliment typiquement bulgare, le piment fort.

3 commentaires:

  1. Merci pour cette découverte ! Qui étaient les vignerons français ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Domaine du Pignan (Chateauneuf-du-Pape) & Domaine de la Perdrix (Roussillon).

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...