mardi 21 août 2012

Gâteau aux nectarines



La pâte croustillante et aérienne de ce léger gâteau estival contraste agréablement avec la fraîcheur des nectarines, ces généreux fruits de la deuxième moitié de l’été.

Dans le verger de mes grands-parents, il y avait un de ces arbres élégants qui donnent des nectarines, ou « des pêches nues », comme ils les appelaient. Pour moi, c’était un arbre absolument précieux, car les pêches figurent parmi mes fruits préférés, mais, malheureusement, je fais partie des personnes qui ne supportent pas de toucher leur peau duveteuse, et encore moins de la manger (je pensais que c’était un caprice que je supplanterai avec l’âge, mais ça ne fait que s’aggraver ; j’ai appris non sans soulagement (pour ma conscience) que cette réaction désagréable porte le nom tout à fait respectable de « allergie orale »). On m’avait aussi expliqué que la nectarine était le fruit d’un croisement entre le pêcher et le prunier (c’est ce que l’on pensait auparavant) et de temps en temps, je me posais la question : qui était le père et qui, la mère. Ces jours là, je me suis plongée plus sérieusement dans la littérature arboricole pour résoudre une fois pour toutes cette question de paternité … et comprendre en fin de compte que la nectarine serait tout simplement le produit d’une mutation naturelle du pêcher. Et le brugnon, alors ? Il s’agirait en fait du nom français pour « nectarine » (ce dernier étant un anglicisme), mais actuellement on appellerait « brugnon » le fruit chez lequel le noyau adhère à la chair, contrairement à la nectarine chez laquelle le noyau serait libre. Cela dit, ces derniers temps je ne vois plus de « brugnons » sur les marchés (alors que je me retrouve parfois avec des fruits aux noyaux adhérents). Ce qui me fait croire que les producteurs, ou les vendeurs, ont probablement peu à peu laissé tomber l’appellation « brugnon » : que ne fait-on pas de nos jours pour nous simplifier la vie !

Les qualités nutritives des pêches et des nectarines seraient très proches (il y a en fait plus de différence entre les différentes variétés dans chaque catégorie qu’entre les catégories). Pour moi, le principal atout des nectarines se cache dans l’absence de ce duvet irritant qui m’oblige à toujours éplucher les pêches. Alors que les principaux composés bioactifs (vitamines, antioxydants et autres caroténoïdes, comme la lutéine et zéaxanthine qui jouent un rôle primordial dans la protection de l'œil, et pas seulement) sont beaucoup plus concentrés dans la peau de ces fruits que dans leur chair !

Les nectarines ont également un autre avantage : leur peau, plus fine que celle des pêches, leur permet de les glisser dans un gâteau comme celui-là sans les éplucher. 

Gâteau aux nectarines

Ingrédients (pour 6 à 8 personnes) :

3 grosses nectarines mûres, mais fermes,
1 1/3 cup (ou verre de 240 ml) de farine,
1 1/2 cuillère à café de levure chimique,
une pincée de sel,
80 ml d’huile de pépins de raisin,
1 cup (ou verre de 240 ml) de sucre,
1 gros œuf,
1 sachet de sucre vanillé (1 ½ c. c.),
120 ml de lait,
1 cuillère à soupe de sucre brun.

Préparation :

Préchauffer le four à 180°C.

Couvrez de papier cuisson un moule à gâteau rond de 22 cm de diamètre.

Coupez les nectarines en deux et dénoyautez-les, puis coupez chaque moitié en fins quartiers (vous n'avez pas besoin d'éplucher les nectarines).

Dans un bol moyen, mélangez la farine, la levure chimique, le sel et le sucre vanillé.

Dans un grand bol, mélangez l’huile et le sucre. Ajoutez l'œuf et battez jusqu'à l’obtention d’une consistance lisse. Ajoutez environ 1/3 du mélange de farine, puis la moitié du lait. Incorporez la farine restante, puis combiner les ingrédients. Cette pâte est assez fluide.

Versez la pâte uniformément dans le moule préparé. Disposez les quartiers de nectarine en cercles, en les pressant délicatement dans la pâte. Saupoudrez du sucre brun.


Faites cuire au four pendant 25-30 minutes, ou jusqu'à ce qu'un cure-dent inséré au centre en ressorte sec.
Laissez refroidir complètement dans le moule, puis sortez le gâteau (en utilisant la feuille de papier cuisson) pour les transférer sur une plaque avant de trancher et servir.


Conservez les restes au réfrigérateur dans un contenant hermétique.

Adapté de Baking bites

4 commentaires:

  1. J'espère que tout se passe bien chez vous, en tout cas dans la cuisine on dirait que tout va bon train ... Ce gateau semble délicieux ! Je viens de mettre une Peach Pie au four, ça embaume tout l'appartement, mais la prochaine fois, je fais votre recette ! (d'ailleurs, un autre argument en faveur de la nectarine : 1€50 le kilo à mon marché).
    Ce que vous dites au sujet de la disparition des brugnons est d'ailleurs fascinant, merci ! Dimanche je me suis demandée d'où pouvait bien venir les pêches plates, puisque je ne me souviens pas les avoir vu dans mon enfance ... une idée à ce sujet ? :)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Sabina,
    Excuse-moi pour cette réponse tardive, mais comme tu le sais, j’avais mes raisons…
    La pêche plate (« pantao » d’après son nom originaire chinois qui voulait dire « fruit de l’immoralité », « Paraguaya » pour les Espagnols, mais « Saturne » pour les Paraguayens, ou encore « doughnut peach » en anglais …) serait une variété ancienne qui existait déjà il y a deux millénaires en Chine (pays d’origine du pêcher). Elle a été introduite en Europe au début du XXème siècle, mais a été récemment remise à la mode en France suite aux importants travaux de sélection qui ont permis de compléter sa forme très particulière par la saveur exquise et délicate qu’on lui connait maintenant.
    Bon courage et bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  3. La texture a l'air génial !!!! Pêches, brugnon, nectarines, je les aime tous !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour le commentaire, Adeline !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...