lundi 8 octobre 2012

Rôti de porc à la laotienne



C’est un plat d’origine laotienne que nous aimons beaucoup, et qui revient  probablement le plus souvent sur notre table quand nous avons des invités (excepté les jours où nous attendons quelqu’un qui ne supporte pas l’ail). Le secret de sa réussite est dans la très lente cuisson de la viande qui s’imprègne doucement de la saveur de l’ail rôti.

J’ai appris sa recette de ma belle-mère qui, pour sa part, l’avait appris au Laos de la femme qui faisait la cuisine pour ses voisins (ma belle famille a vécu à Vientiane au début des années 80). Je n’en sais pas plus. Est-ce un plat qui a été inventé par cette laotienne ou bien est-ce un plat typique ? Si oui, comment s’appelle-t-il ? Et combien cette recette (à laquelle je n’ai pas manqué d’ajouter mon grain de sel) se rapproche-t-elle de l’original ? Un de mes collègues qui est originaire de Laos m’avait rassuré, en me disant que ce plat lui rappelle un rôti traditionnel que l’on sert avec une salade de papaye verte aromatisée au gingembre et à l’ail. Ma belle-mère l’accompagne de riz, et moi, de pommes de terre rôties au four.


Rôti de porc à la laotienne


Ingrédients (pour 6 – 8 personnes) :

1 beau rôti de porc en un seul morceau d’environ 1,6 kg, ficelé – les gousses d’une tête d’ail – 2 grandes carottes – 4 c. à s. (ou plus) de paprika doux – 1 ½ c. à c. de sel – 1 c. à c. de poivre noir grossièrement moulu – ½ verre d’huile pour la cuisson.  

Méthode :

Épluchez les gousses d’ail et les carottes. Coupez les gousses d’ail en 4 sur la longueur. Coupez les carottes en bâtonnets d’une épaisseur d’environ un demi-centimètre et d’une longueur d’environ 2,5 -3 cm.


A l’aide d’un couteau aiguisé, piquez le rôti sur tous les côtés, puis enfoncez les bâtonnets de carottes et d’ail dans les trous, en les alternant. Gardez les légumes qui restent pour la garniture.

Préchauffez le four à 180°C.

Mettez le rôti dans un plat allant au four. Frottez-le de tous les côtés avec le sel, puis avec le poivre et enfin, avec le paprika (qui doit recouvrir d’une couche épaisse toute la surface du rôti). 


Versez dessus l’huile de façon à imbiber le paprika afin qu’il ne brûle pas pendant la cuisson.


Couvrez le plat avec une feuille d’aluminium. Mettez-le dans un four chaud, puis diminuez la température à 150°C et laissez cuire pendant 2 heures.

Enlevez la feuille d’aluminium. Ajoutez le reste de l’ail et des carottes dans le plat. A ce moment-là, vous pouvez ajoutez aussi quelques pommes de terre coupées en deux ou en quatre.

Remettez le plat au four et laissez cuire à découvert au moins encore 40 minutes (une heure si vous ajoutez des pommes de terre), en retournant le rôti à mi-cuisson.


 Avant de servir le rôti, découpez-le en tranches et n’oubliez pas d’enlever la ficelle.

Servez-le avec l’ail et les carottes, ainsi qu’avec du riz ou avec des pommes de terre rôties.

Ce plat fort en caractère se marie bien avec des vins rouges charnus et aromatiques. Récemment, j’ai trouvé qu’il s’accorde fort bien avec un très intéressant vin du pays de Minervois, le Naïck du domaine de l’Oustal Blanc, un vin généreux, fruité, intense et en même temps très harmonieux (servez-le à une température de 15°C afin qu’il développe ses arômes tout en gardant les tannins soyeux).

2 commentaires:

  1. Recette appréciée,mais la prochaine fois, je l'accompagnerai de pommes de terre aux herbes, comme tu le conseilles. bisous Chris 06

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le gentil commentaire, Christiane !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...